(Edité en juillet 2022)

Le cheval, partenaire de coaching ?

Buffon, naturaliste et académicien français du XVIIIème Siècle, disait : « Le cheval est la plus noble conquête que l'homme ait jamais faite. ». Comment en effet ne pas voir dans le cheval ce compagnon indispensable de tant de sociétés, apprécié à la fois pour ses qualités de travailleur, de combattant, de sportif, et également de plus en plus pour ses qualités de partenaire dans le développement personnel et dans la relation d’aide ?

Le cheval est en effet le seul animal capable de nous porter, nous accompagner et nous guider, tant physiquement, corporellement, mentalement, émotionnellement qu’humainement.

Les chevaux, êtres authentiques, c’est-à-dire vrais, sincères, connectés à leur cœur et leur âme, nous montrent la voie, nous aident, si nous le souhaitons, à découvrir petit à petit qui nous sommes réellement. Ils sont les champions de l’intelligence émotionnelle, du langage corporel et très sensibles à la cohérence ou non de l’être humain.

C’est le confort qui importe au cheval. Si la situation qu’il vit là maintenant est confortable, il y reste. Au contraire, si elle est inconfortable, parce qu’il a envie de manger, parce qu’il a besoin de se gratter, parce que l’énergie de l’être humain ou du cheval à côté de lui ne lui convient pas, ou pour n’importe quelle autre raison, le cheval va chercher une solution jusqu’à ce que la situation et ce qu’il ressent soient à nouveau confortables. C’est ainsi que le cheval reflète ce qui se passe chez l’être humain, cheval miroir de nos émotions, de nos pensées, de nos comportements, de notre cohérence ou non :
Si le langage corporel de la personne ne correspond pas à ce qu’elle exprime ou à ce qu’elle pense, par exemple, si la personne dit ne pas avoir peur, mais que son corps est rigide et crispé à cause de la peur, en d’autres termes, si la personne est incohérente le cheval l’observe et le ressent. Cette situation totalement inconfortable et incompréhensible, car pas clair pour le cheval, signifie la présence potentielle d’un danger et le besoin vital de se mettre en sécurité. Le cheval, animal grégaire et de proie, doit pouvoir compter sur ses partenaires, équins et humains, pour lui c’est une question de survie. S’il ressent un risque de danger important, le cheval va prendre la fuite. Si la situation inconfortable ne met pas sa vie en danger, il va en fonction de son caractère et de sa position dans la hiérarchie du troupeau réagir pour retrouver du confort. 

Tel qu’écrit ci-dessus, nous observons donc que le cheval vit dans le moment présent. Pour créer une relation authentique avec le cheval, l’être humain doit également être dans le moment présent. Plus l’être humain sera sur la même fréquence vibratoire que le cheval, plus la relation sera facile car authentique.

Plus la personne sera connectée, comme le cheval, à ses sensations, à ses émotions et à son environnement, plus elle sera en lien avec son partenaire équin et plus elle pourra prendre sa juste place. C’est également dans ce sens que le cheval permet à l’autre de prendre sa place. Si l’humain n’a pas suffisamment confiance en lui, le cheval ne lui laissera pas de place dans la relation. Plus l’humain sera ancré, connecté à lui et présent, plus celui-ci pourra prendre sa place, avec douceur et fermeté, même face à un cheval dominant de 500 kilos.

Le cheval, par sa présence et sa taille est un animal qui impressionne, même pour certains adultes. Souvent, nous observons à quel point il est plus facile pour un enfant de 4 ans de créer une relation avec un cheval dit dominant qu’un adulte de 50 ans. Pourquoi ? Parce que l’enfant (la majorité) n’est pas pollué par des croyances limitantes, parce que l’enfant ne s’inquiète pas du regard des autres, il ne pense pas à hier, ni à demain, il est juste là, sans se poser de questions et la relation avec le cheval se crée tout naturellement.

Par contre, l’adulte croit qu’il doit prester, doit réussir, doit cacher ses émotions, doit décider, doit bien faire devant les autres, etc. Cet adulte doit tellement de choses, qu’il ne peut être lui-même. Le cheval lui permettra de prendre conscience de ses incohérences et l’humain, par sa capacité d’adaptation, pourra trouver les ressources dont il a besoin pour atteindre son objectif.

A partir du moment où l’être humain se connecte à ses ressentis et à ses émotions, agréables ou désagréables, le cheval sera d’un grand soutien car les deux êtres seront authentiques et pourront créer une relation.

Nous observons dans la pratique que grâce à toutes ces qualités décrites ci-dessus, le cheval permet à toute personne de développer ses qualités de leader : être attentif à ses propres besoins, à ceux des autres et à ceux de l’objectif commun ; créer une relation authentique et de confiance ; savoir exprimer de façon adéquate ses demandes jusqu’à obtention d’une réponse ; développer une confiance en soi ; se permettre d’être humble et vulnérable.

Le cheval est inspirant et rien que par sa présence, il peut transmettre un sentiment d’ancrage et de force important.
Le contact physique avec le cheval, le moment de pansage ou tout simplement, le fait de le caresser, libère chez la personne l’hormone ocytocine, également appelée l’hormone du bonheur. Ceci crée chez des personnes souffrantes d’anxiété, de dépression ou de burnout un réel bien-être sans qu’elles doivent s’exprimer ou parler d’elles. Etre là, tout simplement avec le cheval, leur permet non seulement d’être totalement dans le moment présent et donc de lâcher le mental, mais également de ressentir un bienfait physique et mental par la libération de cette hormone.

Etre en contact avec le cheval, cet être authentique, grand, inspirant et cohérent aide les personnes dites « mentales » à tout doucement se reconnecter à leurs sensations et à leurs émotions. Pour un coach / équicoach c’est un atout extraordinaire non-négligeable car lorsque le client a la capacité d’être présent à ce qui se passe dans son corps, les prises de conscience s’installent non seulement au niveau mental, mais surtout au niveau corporel.

« Je ressens des bulles de champagne dans tout mon corps. C’est la vie. Quand la relation (ici avec le poney Wilki) est authentique et juste, c’est un vrai bonheur. » (J. K., cliente en équicoaching)

C’est ainsi que le cheval est un partenaire absolument extra-ordinaire dans la relation d’aide.

Raison également pourquoi je préfère la notion de « développement personnel / coaching facilité par le cheval et non pas assisté par le cheval. Comme le dit si bien Linda Kohanov : « Bien souvent le cheval dirige et je suis, et grâce à cela, nous finissons par explorer des aspects du mental, du corps ou de l’esprit que nous n’aurions pu imaginer à l’avance… ».

Linda Kohanov, dans son livre Entre deux mondes, écrit :
« Le cheval reflète le ‘’sentiment présent derrière la façade’’. Cette observation constitue un des principes essentiels du développement personnel assisté par des chevaux. Bien souvent, les gens n’y croient pas, tant qu’ils ne l’ont pas vu eux-mêmes (…) Le système équin est comme un gigantesque récepteur et amplificateur de vibrations émotionnelles. Peu importe votre capacité à cacher les choses à vous-même ou aux autres, votre système nerveux continue à diffuser, involontairement, ce que vous ressentez réellement, à une fréquence sur laquelle les chevaux excellent à se brancher. »

Un homme, nommé Patrick, venu en séance d’hippothérapie avec l’hôpital dans lequel il séjourne pour troubles de l’anxiété, avait choisi Cisco, le « grand cheval blanc ». Rapidement, Cisco a montré des signes d’inconfort en venant tout près de la personne, à la limite de le bousculer. J’étais obligée de retenir Cisco. En questionnant l’homme (je ne connaissais pas la raison de son hospitalisation) sur ses émotions, il me disait que tout allait bien et qu’il voulait continuer avec Cisco… Cisco a continué à montrer des signes d’inconfort et à vouloir pousser l’homme. Finalement, j’ai expliqué à Patrick la capacité des chevaux à percevoir nos émotions. Il a fondu en larmes, expliquant qu’il est hospitalisé pour des troubles d’anxiété et qu’il ne voulait pas que ses peurs reviennent encore et encore, il essayait de les enfouir. Après ces quelques mots exprimés par Patrick, Cisco a baissé la tête et s’est posé à côté de Patrick.

Les chevaux nous « poussent » ainsi à être authentiques, à prendre conscience de nos comportements liés à notre « faux soi », c’est-à-dire, à prendre conscience de notre « être social » conditionné par la société, la partie de nous qui fait les choses parce qu’il « faut » et non parce qu’elle veut. Comme le dit Linda Kohanov : « Les chevaux possèdent la capacité mystérieuse de ne pas se laisser duper par les manœuvres les plus rusées du faux soi. Lorsque la moindre possibilité leur en est donnée, ils font resurgir le soi authentique et le renforcent. (…) Les chevaux reflètent ce qui se passe réellement, d’instant en instant, évitant ainsi aux personnes qui les accompagnent de s’embourber dans des projections et des illusions. Ces animaux reflètent non seulement les incongruences dans les émotions et les intentions, mais ils mettent aussi en lumière des points forts ou des améliorations ignorés. De cette manière, les chevaux agissent comme un biofeedback dans la pratique de l’attention, l’agilité émotionnelle et la communication comme aucun entretien psychologique, exercice de psychodrame ou groupe de discussion ne peuvent le faire car ces techniques sont basées essentiellement sur le langage. »

C’est ainsi que Sylvie, à la fin de sa séance d’équicoaching me dit : « Ton cheval me fait plus parler que ma psychologue. »

Pour illustrer ce que dit Linda Kohanov, j’ai le bel exemple d’une séance d’équicoaching avec Laure. Lors d’une séance, Laure est allée vers les chevaux avec l’intention suivante : « J’accepte l’idée d’être fière de moi. » Nous prenons le temps pour se centrer et saluer les chevaux en prairie. Elle exprime le souhait de vouloir passer un moment avec Cisco. Je l’invite à se reconnecter à ses sensations corporelles et à son intention « J’accepte l’idée d’être fière de moi. » avant d’aller vers Cisco. Par contre, lorsqu’elle souhaite s’approcher de Cisco, il s’éloigne… et elle me dit « Ce n’est pas grave, il peut être plus loin de moi. ». Sur ce, je lui demande si elle a conscience de la manière à laquelle elle a marché vers Cisco ? (J’avais observé une démarche avec un corps droit et une énergie assez haute, ce qui n’est pas dans son attitude naturelle.) Elle me dit que non. Sur ce, je lui demande ce qu’il y avait derrière la notion de fierté (notion que nous avions déjà « décortiquée » avant d’aller chez les chevaux) lorsqu’elle s’avançait vers Cisco. Là elle me répond : « Toujours ce sentiment de prétention que j’associe à la fierté. » Nous travaillons sur cette croyance limitante et elle finit par ressentir de la douceur derrière la notion de fierté (maternelle envers ses filles). Suite à cela, je propose à nouveau à Laure de passer un moment avec Cisco avec l’intention « J’accepte l’idée d’être fière de moi. ». Cisco, la laisse s’approcher, lève la tête pour la sentir et reste près d’elle.

Cet exemple illustre magnifiquement bien cette subtilité, cette finesse qu’ont les chevaux à percevoir l’énergie authentique de l’être humain. Je ne connais pas un être humain capable de déceler cette nuance « cachée » derrière une même phrase. Cisco a réagi totalement différemment en fonction du ressenti de la personne derrière le mot fierté.

Quel bonheur d’avoir les chevaux comme partenaires !

Un des aspects pas encore mentionnés jusqu’à présent, mais qui fait du cheval cet être tellement sensible à ce qui se passe en nous, est sa sensibilité aux champs énergétiques. Ceci expliquerait la capacité des chevaux à décrypter l’état émotionnel d’une personne bien avant que celle-ci ne s’approche de lui. C’est ainsi que les chevaux nous permettent de prendre conscience de l’existence et de l’influence de la « qualité » de notre champ énergétique.


Cela me permet d’aborder la théorie de Rupert Sheldrake : Celui-ci soutient la théorie que le développement d’un individu est conduit par une force collective immatérielle qu’il appelle le « champ morphogénétique ». Ses expérimentations approfondies sur les relations entre les humains et les animaux suggèrent que les champs de résonance sont créés lorsque les êtres vivants forment un lien émotionnel. Plus le lien est intense, plus le champ est puissant.
Sans doute, que plus ce champ est puissant, plus nous pouvons être en résonnance avec nos partenaires équins et nous laisser guider par cette énergie, qui pourrait être nommée également intuition.

C’est impressionnant, tout ce à quoi le cheval est « sensible » et ce dont il peut nous faire prendre conscience.
En résumé, le cheval nous permet de :
- Percevoir sa congruence ou incongruence corps – esprit.
- Prendre sa place par un langage corporel, une posture plus adéquate.
- Adapter son énergie corporelle en fonction de ses besoins, de soi et de l’autre, en fonction de sa demande et de la qualité de la réponse de l’autre.
- Devenir un être authentique.
- Se connecter à ses émotions, ses besoins, ses sensations corporelles, ses limites (mentales, physiques et énergétiques), pour mieux se connecter à soi et ensuite à l’autre.
- Exprimer ses émotions, ses besoins, ses sensations corporelles, ses limites (mentales, physiques et énergétiques).
- Avoir une meilleure relation à soi, une meilleure écoute de soi.
- Développer une meilleure relation à l’autre et une meilleure écoute de l’autre.
- Trouver / découvrir ses ressources
- Développer son leadership, son assertivité
- Accroître son autonomie
- Améliorer son bien-être physique et mental par la libération d’hormone ocytocine lors du contact physique
- Développer son intuition
- Etre porté, bercé, une sensation rarement vécue lorsque nous sommes adultes
- Etre dans le moment présent
- Développer sa capacité d’observation
- …

____________________________________________________________________________

E2BC55DA-9750-4A35-AC61-1BB22AA2B0F9 - Copie (2).JPG

(Edité en juillet 2021)

Why? 

Comme le dit Simon Sinek, c’est plus intéressant d’exprimer le pourquoi que le quoi.
Nous avons tous tendance à dire ce qu’on fait : « Ah oui, je suis coach en développement personnel et professionnel et hippothérapeute. » - « Euh oui, et donc ? » Cependant, ce qui est intéressant, c’est de savoir pourquoi ? Je me suis donc réellement posé la question. « Pourquoi exerces-tu ces métiers ? » Non, pas pour gagner de l’argent, non pas parce que c’est un truc à la mode, non. Je vous partage ce qui est sorti de ma plume :

Chaque personne a droit au bonheur.
Chaque personne a le droit d’être heureuse.
Chaque personne a le droit d’avoir envie de se lever le matin.

Oui, la vie n’est pas toujours facile, mais chaque personne a des ressources en elle pour ne pas rester dans le creux de la vague.

La seule difficulté est de trouver comment naviguer pour sortir de ce creux, quelle direction prendre ?
La seule difficulté est de trouver les ressources, les forces que nous avons en nous.

Et c’est là que j’ai le bonheur d’accompagner les personnes qui le souhaitent. Je les accompagne pour qu’elles puissent trouver leurs forces et leurs besoins pour sortir du creux de la vague et avancer. Peu importe que la vague soit énorme ou petite.

Ce qui m’anime est que toute personne a le droit de trouver ce qui est essentiel pour elle. Et mon job est de les accompagner à le trouver. Ça, c’est absolument fascinant car chaque être humain est différent. J’ai donc la chance d’être invitée à embarquer sur le navire de la personne et naviguer le temps nécessaire avec il/elle, jusqu’au moment où je peux la quitter à bon port.

Chaque personne devrait avoir accès à ses ressources et à ses forces pour pouvoir naviguer avec sérénité par tous les temps et sur tous les océans de la Vie.

Voilà pourquoi j’exerce ces métiers.

________________________________________________________________________

DSCN2737.jpg

(Edité en mai 2020)

Le papillon

Les papillons sont parmi les plus belles créatures que la nature nous ait données.
Leurs couleurs vibrantes et leur danse flottante gracieuse de fleur en fleur sont vraiment à couper le souffle.
Les voir est toujours charmant et spécial.

Certaines personnes croient que les papillons portent des messages d’anges ou sont des signes d’êtres chers décédés.

Les papillons ont une telle présence et qualité magiques qu’il est facile de comprendre pourquoi tant de symbolisme les entoure.

Avez-vous vu beaucoup de papillons ces derniers temps, soit dans votre vie éveillée, soit dans vos rêves ? Si c’est le cas, le papillon peut apparaître comme un animal puissant
et tente de vous dire quelque chose.

 

Le changement est à venir

Si vous voyez des papillons, vous voudrez peut-être vous demander quels changements vous devez apporter pour vovre plus en harmonie avec votre vrai soi authentique.

Ou si vous rencontrez déjà d’énormes changements et transformations dans votre vie, le papillon peut simplement apparaître pour vous rappeler que tout va bien se passer.

Le changement est une partie normale de la vie. Ayez confiance dans le processus et reposez-vous en sachant que le doux papillon aide à vous guider.

 

Liberté

Pouvez-vous pensez à quelque chose de plus libre que les papillons qui glissent gracieusement de fleur en fleur ? Ils sont la quintessence de la liberté.

Peut-être que les papillons que vous voyez essaient de vous dire de vous libérer. Si vous vous sentez enfermé ou si vous vous fermez délibérément à des personnes ou à des opportunités, il est
peut-être temps d’arrêter.

Cela peut être un processus effrayant, mais laissez le papillon vous inspirer pour continuer à avancer sur votre chemin.

 

Vivre pleinement

Les papillons ont généralement une durée de vie courte. La plupart ne vivent que pendant une semaine ou deux.
Certaines espèces comme le Monarque peuvent vivre jusqu’à 6 mois. Malgré tout, ce n’est pas beaucoup de temps dans l’ordre des choses.

Bien que nous vivions beaucoup plus longtemps que le papillon, la vie est courte et le temps passe vite. Parfois, nous ne le réalisons pas et tout à coup, les années se sont échappées.

Les papillons nous apprennent à apprécier le moment présent et à tirer le meilleur parti de notre existence ici sur terre.

 

Beauté

Personne ne contredira que le papillon est l’une des plus belles créatures de la nature avec ses couleurs vibrantes et da vraie grâce. Mais le papillon commence sa vie comme une chenille.

Seulement jusqu’à ce qu’il rentre dans son état pupal – pénètre profondément dans son être intérieur – il émerge en tant que belle créature que nous voyons.

Nous avons tous la capacité d’aller au fond de nous-même et de développer nos belles qualités tout en abandonnant notre nature laide.

 

La prochaine fois qu’un papillon se croise sur votre chemin, prenez garde à ce magnifique messager. Vous êtes évidemment destiné à recevoir un message d’une grande importance !

Article écrit par Caroline Rigondet

IMG_20191023_110744.jpg